Hope is Back: Quelques raisons d’avoir de l’espoir en 2021

By Joaquin Castillo and Emmanuelle Bureau

Cet article a été écrit début janvier 2021. Pour cette raison, au moment de sa publication en février, certains points de vue peuvent paraître optimistes au vu de l’actualité, notamment sanitaire.

Les premiers jours de 2021 semblent prolonger les malheurs de l’année 2020 : les actes « insurrectionnels » de groupuscules violents et extrémistes aux États-Unis, le scandale Duhamel qui affecte la Direction de Sciences Po, l’arrivée de la tempête Filomena sur les côtes européennes, les chiffres d’infections et de décès liés au Covid-19 en hausse, la menace d’un troisième confinement en France, les nouveaux variants encore plus contagieux, le tout couplé à une campagne de vaccination qui tarde à se déployer efficacement en Europe…

En effet, il semblerait que cette année veuille être la jumelle de la précédente. Mais loin de perdre espoir, les éditeurs du Dragon Déchaîné veulent vous remonter le moral en appréciant ensemble les rayons de lumière qui jaillissent entre les nuages. Ainsi, nous avons choisi trois sujets d’actualité à différentes échelles qui pourront vous faire sourire ou au moins vous redonner du courage pour affronter cette année avec force et motivation.

I. Le plan du POTUS Biden contre le changement climatique et pour la planète

Au niveau mondial, nous voulons mettre en valeur le plan de lutte contre le changement climatique qui sera mis en place par le Président des Etats-Unis Biden et qui est voué à impulser la protection de l’environnement et la réduction des gaz à effet de serre en renforçant le leadership environnemental, aussi dans la scène internationale. Après une Présidence de négationnisme face au changement climatique, de démantèlement de la Environmental Protection Agency et de dérégulation à l’instar de la suppression du Clean Power Act, ainsi que de clientélisme en permettant l’exploitation massive ainsi que dangereuse des ressources fossiles dans des réserves naturelles comme l’Alaska avec le gaz de schiste et les bitumeux, le nouveau Président Biden s’est engagé à retourner à l’Accord de Paris, à investir la somme inédite de 1 700 milliards de dollars sur 10 ans avec l’ambition d’inciter aussi le secteur privé, les Etats et les administrations locales à supplémenter ces investissement avec 5 000 milliards additionnels dédiés à résoudre l’urgence climatique et la dégradation environnementale.

Le plan « révolutionnaire » du Président Biden a un impact sur tous les secteurs de l’économie et aussi au-delà des frontières états-uniennes. La plupart des mesures et dispositions de loi faisant partie du paquet législatif Clean Energy Revolution, le Président prévoit de créer un mécanisme d’exécution et d’observation afin que toutes ces bonnes volontés puissent se traduire dans des améliorations concrètes et non seulement de belles paroles, comme on est habitué, puisque ce mécanisme visera à mettre des objectifs concrets de réduction des émissions de gaz à effet de serre dont la première échéance pour l’Administration Biden sera en 2025, avant la fin du mandat du Président. Les ambitions à long terme – atteindre un mix énergétique de 100% de renouvelables et neutralité climatique en 2050 (émissions nettes de CO2 égales à 0) – sont ainsi complémentées par des objectifs intermédiaires pour assurer une progression régulière des engagements climatiques. Ce plan vise aussi à développer et à investir massivement dans la « green tech » (notamment sous l’autorité de Advanced Research Projects Agency on Climate qui sera créé) pour améliorer l’efficience des batteries et explorer la possibilité a priori plus propre des batteries à hydrogène, pour avoir un secteur agricole décarboné et avec des limites plus strict d’émission de méthane, pour augmenter la production des voitures électriques dont l’achat sera désormais incitée avec des crédits couvrant le 100% du prix, pour réussir des transports publics propres avec l’objectif d’avoir que des bus « zéro émissions » produits à partir de 2030, et, enfin, pour réduire de 50% d’ici 2035 les émissions liées au secteur du bâtiment, notamment en construisant 1,5 millions de logements durables et en renouvelant les plus polluants.

Ce « Green New Deal » n’affectera pas seulement les Etats-Unis mais aussi tout le reste du monde puisqu’il implique d’éviter autant que possible les importations de produits en provenance de pays fortement pollueurs qui dépendent encore énormément des énergies fossiles comme la Chine. Mais au-delà de cet aspect plus contraignant, le plan climatique de Biden est aussi l’opportunité pour les Etats-Unis d’assumer nouvellement de leadership climatique à l’international, d’inspirer les autres pays à rehausser leurs objectifs et continuer leurs efforts, ainsi que, d’un point de vue plus pragmatique, d’établir de nouvelles approches de la coopération et de la compétition internationales basées sur les bénéfices économiques, sociaux et environnementaux que peuvent apporter les énergies vertes (autosuffisance énergétique par exemple) et la protection de la nature (impliquant moins de dépenses dans la santé dans le long terme) et qui pourront inciter les autres pays à s’inscrire aussi dans cette dynamique pour ne pas être exclus et perdre les avantages que leur procurerait cette nouvelle configuration.

II. La campagne de vaccination dans l’Union Européenne

Au niveau européen, la campagne de vaccination ayant débutée le dernier week-end de 2020 après que l’Agence Européenne du Médicament ait approuvé les vaccins de Pfizer/BioNTech pour faire face au SARS-CoV-2, aussi connu sous le nom de coronavirus, ceci a suscité un grand espoir pour les européens qui commencent à voir la lumière à la fin du tunnel. Le début de ce processus a été marqué par le scepticisme de nombreux citoyens qui se posaient des questions sur la sécurité et l’efficacité des vaccins utilisant une nouvelle technique où l’ARN messager occupe une place centrale et créés dans un temps record de moins d’un an par rapport aux vaccins connus jusqu’à présent contenant des antigènes ou des virus atténués et qui mettent très rarement moins de 5 ans à être développés. Les sondages nationaux de différents pays européens montrent que la confiance de l’opinion publique dans les vaccins croît de semaine en semaine. Malgré le scepticisme initial, nombreux sont ceux qui aujourd’hui aimeraient se faire vacciner volontiers. En France par exemple, 56% des français le souhaitent maintenant, selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro et Franceinfo, ce qui suppose une hausse de quatorze points par rapport à la période d’avant-Noël. Dans d’autres pays européens cette volonté est d’autant plus marquée et le vaccin est désormais considéré comme la solution au coronavirus qui ne pourrait plus provoquer le nombre de cas graves et très graves chez les populations vulnérables connu jusqu’à présent. Le masque reste la protection fondamentale pour que cette campagne de vaccination ait du succès.

En ce qui concerne le nombre de personnes vaccinées en Europe, les résultats sont inégaux mais les évolutions récentes démontrent une accélération des vaccinations selon les objectifs prévus pour l’été. Bien que les images des premières personnes vaccinées aient été très encourageantes et marquantes après une année de souffrance, d’isolement, de solitude et même de désespoir, ce n’est qu’un mois plus tard que certains pays ont atteint le rythme de vaccination suffisant pour qu’il y ait une immunité de groupe (environ 70% de la population) en été. Si des pays comme la France avec moins de 1% de la population totale vaccinée jusqu’à ce jour ont pris du retard, d’autres pays comme le Danemark avec plus des 3% de la population déjà vaccinée, l’Italie ou l’Espagne où le Ministre de la Santé M. Salvador Illa a affirmé que la « vitesse de croisière est en train d’être atteinte » avec une quantité de vaccinations journalière dépassant déjà les 100 000 doses, démontrent que l’Europe a le vent en poupe dans cette campagne de vaccination. Les données de vaccination s’améliorent jour après jour pour tous les pays de l’UE qui auront prouvé non seulement la place centrale que doit occuper la science et la santé publique dans nos sociétés politiques, mais aussi comment les Etats ont été capables de s’organiser en mettant en place une gestion de plus en plus efficace pour faire face à une pandémie jusqu’ici inconnue de par son nombre d’infections et sa contagiosité. L’espoir se fraye donc aussi un chemin parmi les européens.

III. L’échelle de la France et du Havre

Quelques suggestions maintenant sur les événements culturels qui sont programmés en France en cette nouvelle année 2021. La 46e cérémonie des Césars sera présentée en mars par Marina Foïs : elle est très attendue un an après une édition tumultueuse en 2020. Le contexte sanitaire a mis en grande difficulté le monde du cinéma, qui présentera cette année deux fois moins de films qu’habituellement. Eric Toledano, le vice-président de l’Académie, coréalisateur d’Intouchables et Hors Normes rappelle cependant que plus de 120 films sont sélectionnés. Du cinéma encore, avec en mai la 74e édition du Festival de Cannes. En 2020, le festival n’avait pas pu se tenir à cause de la pandémie de Covid-19 et du confinement. Les organisateurs ont annoncé un report du 6 au 17 juillet si aucun rebondissement sanitaire n’intervient d’ici là, et réfléchissent au format adéquat. En effet, le premier grand festival du calendrier, la Berlinale, a renoncé à une édition classique en 2021 : la compétition se tiendra en ligne et les projections ouvertes au public seront organisées en juin. Du 13 au 29 mars 2021, la poésie sera à l’honneur lors du Printemps des poètes : pour sa 23e édition, le Centre national de la poésie invite les participants à célébrer le thème du Désir dans toute la France. Plus tard, en mai, le temps d’une nuit, le public sera invité à découvrir gratuitement les richesses des musées de France, ainsi que ceux d’une trentaine de pays d’Europe. En 2020, la Nuit européenne des musées s’était tenue en ligne, on peut espérer qu’au mois de mai les conditions sanitaires nous permettront de retrouver nos musées. Notre dernière suggestion est le Rendez-vous aux jardins : du 4 au 6 juin 2021, le ministère de la Culture renouvelle pour la 18e année consécutive cette manifestation sur le thème la transmission des savoirs.

Sur le plan judiciaire, plusieurs procès d’importance sont prévus en 2021. Le jugement de l’affaire dite des “écoutes” concernant l’ancien président Nicolas Sarkozy sera rendu le 1er mars. Le 17 mars, s’ouvrira son procès dans l’affaire Bygmalion. Le 29 mars, c’est le jugement du procès-fleuve du scandale sanitaire lié au médicament Médiator qui doit être rendu. Pendant plus de 30 ans, ce médicament des laboratoires Servier a été prescrit comme coupe-faim. Environ 6500 personnes se sont portées parties civiles dans ce procès qui aura duré « 517 heures et quelques minutes d’audience » selon la présidente du tribunal, Sylvie Daunis. Le procès des attentats de Paris du 13 novembre 2015 aura lieu à partir du 8 septembre 2021 dans l’ancien Palais de Justice de Paris, sur l’île de la Cité. Ces attentats ont conduit à la mort de 130 personnes au Bataclan, au Stade de France et sur les terrasses des 10e et 11e arrondissements de Paris. Le procès sera exceptionnel, au vu des enjeux, de sa durée, de ses dimensions.

Sur le plan politique, devraient se tenir en juin les élections régionales en France. Prévues en mars à l’origine, elles ont finalement été reportées pour raisons sanitaires et pour ne pas reproduire l’expérience des élections municipales, au cours desquelles l’entre-deux-tours avait duré plusieurs mois. Après l’été, Marseille accueillera le Congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Sont conviés des dirigeants, des experts, des membres de la société civile et des associations afin de “déterminer de façon démocratique les questions les plus urgentes en matière de conservation de la nature, ainsi que les actions à entreprendre pour y répondre”, selon l’UICN.

L’été au Havre 2021 sera australien, dans le cadre du programme Australia now France 2021. Le Muséum d’histoire naturelle présentera l’exposition Australie entre juin et novembre 2021 : il possède en effet un riche fonds de dessins de Charles-Alexandre Lesueur, peintre voyageur, parti du Havre en 1800 pour explorer les terres australes. Il est le dessinateur officiel de l’expédition Baudin, au cours de laquelle il cartographie, dessine la faune et la flore australiennes. La ville du Havre lance un appel à projets et invite les habitants à proposer des idées dans les domaines de la culture, de la gastronomie, du sport, de la musique.

Bibliographie :

https://joebiden.com/climate-plan/

https://joebiden.com/clean-energy/

https://www.independentespanol.com/?utm_source=redirect

https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2020-12-22/biden-climate-plan-needs-green-by-default

https://ourworldindata.org/covid-vaccinations

https://www.ladepeche.fr/2021/01/15/sondage-plus-de-la-moitie-des-francais-sont-favorables-a-la-vaccination-contre-le-covid-19-9312199.php

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s